Réponse de Marine Le Pen à Jacques Kupfer du Likoud mondial.

Publié le 26 Novembre 2012

Lu sur Puteaux-Libre

Voici une lettre de Marine Le Pen en réponse à Monsieur Jacques KUPFER qui avait protesté par une lettre ouverte auprés de Marine Le Pen sur sa position sur le port de la Kippa dans le cadre global du port ostensible des signes religieux!  A noter que cette réponse fût faite avant l'attaque du hamas contre Israël et la réponse de celui-ci.

****

Monsieur le Co-Président,

J’ai bien pris connaissance du courrier que vous m’avez envoyé et qui a retenu toute mon attention. Vous avez souhaité me faire part de votre sentiment et de vos observations concernant le débat sur la laïcité en général et plus précisément sur l’interdiction des signes religieux ostensibles dans l’espace public.

Permettez-moi à mon tour d’apporter quelques précisions que je crois nécessaires à la bonne compréhension du débat. Vous faites référence, à juste titre, à une période de notre histoire qui a connu des drames et des désastres dont ont eu également à pâtir nos compatriotes de confession juive.

Comme j’ai pu le préciser dans un entretien au magazine Le Point du 3 février 2011, je n’ai pas oublié ce qui s’est passé dans les camps et dans quelles conditions, que j’ai qualifié de summum de la barbarie.

Les mesures discriminatoires visant à l’époque nos compatriotes de confession juive, humainement et moralement inacceptables, ont été prises par un régime, celui de Vichy. Il serait en conséquence inexact d’en faire porter la responsabilité à la France tout comme il serait infondé de rendre responsable notre pays, du refus du gouvernement du Front Populaire,d’accueillir sur le territoire français un plus grand nombre de réfugiés juifs d’origine allemande et autrichienne fuyant le régime nazi (cf. Conférence d’Evian de juillet 1938).

Pour revenir au sujet soulevé dans votre lettre, je vous précise que je n’ai à aucun moment souhaité interdire à nos compatriotes de vivre en harmonie avec les principes de leur religion, quelle que soit la religion concernée.

Mon propos concernait spécifiquement le port de signes religieux ostensibles dans la sphère publique. Ce qui exclut de fait le port de signes discrets autour du cou tels que la croix, l’étoile de David, ou la main de Fatma.

Vous n’êtes pas sans savoir que la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale qui assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine de race ou de religion. Ce sont ces principes réaffirmés dans l’article 1er de notre Constitution qui fondent l’unicité du peuple français et qui s’opposent à toute reconnaissance de droits collectifs accordés à quelque groupe que ce soit défini par une communauté d’origine, de culture de langue et de croyance.

Comme j’ai pu également le préciser, dans la République les règles sont égales et doivent s’appliquer à l’ensemble des religions même si certaines posent plus de problèmes que d’autres.

Je suis d’autant plus consciente des dangers de l’islam radical et des pressions communautaristes exercées par les groupes politico-religieux que j’ai été la seule dans la classe politique française à évoquer toute une série de questions liées aux revendications religieuses islamiques.

Vous m’accorderez que nous avons et sommes toujours les seuls à combattre le prosélytisme musulman sur le territoire français. La Licra allant même jusqu’à nous poursuivre et nous faire condamner devant les tribunaux pour avoir publié une affiche  » non à l’islamisme » pendant la campagne des élections régionales.

J’ai été la seule à condamner les prières de rues, à dénoncer le financement des mosquéespar l’argent public ou par des états étrangers connus pour leur soutien mondial aux djihadistes ; la seule à dire tout haut que dans certains quartiers il n’était pas bon être juif, homosexuel, femme et même blanc, à dénoncer le double langage du Qatar et sa volonté prosélyte dans nos banlieues grâce aux pétrodollars…

Nous n’avons jamais reçu aucun soutien dans cette lutte, encore moins des associations juives françaises. Aujourd’hui le Crif fait mine de découvrir que l’islam radical s’apparente au nazisme. Il était temps que M. Prasquier s’aperçoive enfin de la dangerosité du fondamentalisme musulman que nous n’avons eu de cesse de dénoncer. (j'ai des doutes sur ce sujet)

Reste qu’en se faisant le défenseur zélé de l’immigration massive, de ses dérives, de ses conséquences, le Crif porte une responsabilité écrasante dans la situation de la France. Je vous conseille donc amicalement de tourner prioritairement vos reproches vers ceux qui ont été au mieux aveugles, au pire complices de cette montée sur le territoire français du totalitarisme islamique plutôt que vers ceux, qui seuls, ont toujours tenté de s’y opposer même si vous êtes en désaccord sur les moyens proposés.

Je me permets également de vous rappeler que j’ai été la seule à prévenir l’opinion publique et à obtenir du gouvernement, qu’il ne soit pas accordé de visas aux prédicateurs islamistes, le Cheikh Yussuf Al-Qaradawi et Mahmoud al-Masri, appelant au meurtre des Juifs et invités officiellement par l’UOIF à son rassemblement annuel.

Notre pays a trop souffert dans son histoire des divisions sanglantes inhérentes aux guerres de religion pour ne pas veiller précieusement à sauvegarder la paix civile et la concorde nationale qu’incarne l’Etat laïc, qui, tout en assurant la liberté de croyance pour tous les citoyens dans l’espace privé, garantit l’égalité de tous les citoyens dans l’espace public en dehors de toute considération religieuse.

Je me tiens à votre disposition pour continuer ce débat y compris en Israël si j’y suis invitée

Cordialement.

Marine Le Pen

 

Rédigé par Puteaux Bleu Marine

Repost 0
Commenter cet article