Pour la gauche et autres, le père Noël est-il une ordure?

Publié le 10 Décembre 2012

Par Gilbert Collard Secrétaire du rassemblement Bleu Marine

Qui a peur du père Noël ? Jusqu’à ces derniers jours, on aurait pu croire que cette angoissante question était le titre d’un film de Wall Disney programmé pour les fêtes. Pas du tout ! Dans notre tolérant pays, il existe une ville, Montargis, une école maternelle, l’école du Grand Clos, une directrice, Ariane Gauthier, des parents d’élèves musulmans, qui ont peur du père Noël.

Tant pis pour les tout-petits. Halte au barbu ! Barbe blanche, c’est barbe bleue ! Papa Noël constitue un danger d’atteinte « aux valeurs de l’école laïque et au respect des différentes croyances », d’après la directrice.

Ainsi, apprend-on, que le bonhomme en rouge à la barbe blanche et aux cadeaux plein les bras de son traîneau était indésirable dans la cheminée laïque de l’école. Les enfants pleurnichèrent. On osa se demander pourquoi une interdiction de séjour frappait le gentil vieil homme. L’explication est ahurissante, inquiétante. Derrière les justifications convenues de la directrice, codifiées dans le jargon de la j’en foutrerie toupilleuse de la bien-pensance : « valeurs de l’école laïque », « respect des différentes croyances », se cachaient, en réalité, « les pressions de quelques familles musulmanes » très religieuses… D’autres familles, de la même confession ne demandaient qu’à accueillir le père Noël. Si le scandale de l’exclu n’avait pas éclaté sur la place, le communautarisme intransigeant l’aurait emporté sur les traditions de Noël, sur le symbole associé à nos siècles chrétiens, sur nos souvenirs les plus doux d’une douce nuit, sur la joie des enfants. L’odieux, ce n’est pas tant la démarche des phobiques religieux du père Noël, finalement ils font leur boulot d’éradication de nos traditions, et on laisse faire, abrutis que nous sommes !

Ce qui est insupportable, c’est la couardise ou la bêtise idéologique de la directrice, du responsable de l’académie, qui avaient tous deux abdiqué devant la pression religieuse d’une minorité. Sur une note signée par la directrice et retrouvée par l’AFP, on lit : « Cette année afin de respecter les différentes croyances, ainsi que les valeurs de l’école laïque, le père Noël ne viendra pas à l’école. » Vous voulez me dire ce que « les valeurs de l’école laïque » ont à voir avec le père Noël ? Ce pauvre vieux aurait-il dans sa hotte un pistolet à eau pour tirer sur les « valeurs laïques », « Le respect des différentes croyances » ? On touche le problème de fond. Le père en question s’appelle Noël ; ce mot désigne la nativité du Christ. Il est associé, dans notre culture, à la fête religieuse, même s’il s’est largement laïcisé, commercialisé, désacralisé; les barbus veulent lui couper sa barbe blanche de siècles.

Franchement, c’en est trop ! Pourquoi ne pas interdire l’arbre de Noël, au nom de l’écologie laïque, la bûche de Noël, au nom de l’alimentation non discriminatoire, les guirlandes au nom de l’économie d’énergie, et le droit de croire au père Noël au nom des croyances des autres qui n’y croient pas, le gui parce qu’il rappelle les coutumes religieuse de l’ancienne Gaule ? Pourquoi ne pas exiger de Noël Mamère qu’il change de nom, parce qu’il se prénomme Noël, et de nom, parce qu’il s’appelle ma mère, pour le renommer Hiver Parent ? Pourquoi céder devant l’intimidation religieuse qui, sous couvert de laïcité, impose par l’intimidation son dogme radical et s’en prend à nos traditions les plus anciennes, relayée par les « moologues », ces nouveaux idéologues de gauche aux idées mortes.

Le « moologue » utilise des mots : valeurs, laïcité, égalité pour tous, sans-papiers, stigmatisation, exclusion, printemps ; des mots auxquels il fait dire ce qu’il veut comme Tartuffe pour imposer par un travestissement de l’usage des mots une nouvelle réalité dans les faits. On a aussi le droit de vivre les coutumes, les habitudes, les légendes, les mythes, les croyances, qui font l’histoire de notre pays sans subir son effacement progressif sous la gomme insidieuse de ces « moologues » qui chassent le père Noël avec le père Fouettard des mots liberticides.

Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté, quelle que soit leur croyance, à condition de nous foutre la Paix et de nous laisser vivre nos « valeurs » au sens propre. France, ta vieille histoire fout le camp !

Gilbert Collard

Pour la gauche et autres, le père Noël est-il une ordure?

Rédigé par Puteaux Bleu Marine

Repost 0
Commenter cet article