Les délires de Thierry Mandon du PS sur un pseudo parti national-fasciste.

Publié le 9 Octobre 2013

Thierry Mandon député socialiste se répand sur RMC et crache son angoisse existentielle en manipulant les discours et surtout en insultant le Front National. Le Front National serai un parti "national-fasciste" et nous démontre de fait son inculture en histoire politique. Affligeant pour un député.

Bien entendu, comme tous les faux culs en politique, les diatribes sont tournées vers le FN et non vers les électeurs qui ne sont, pour ces gens-là, que de pauvres gens manipulés, des citoyens qui ne comprennent pas, des électeurs sous informés, bref de "gros cons" comme le disait Sophia Aram sur France Inter qui au moins, dit ce qu'elle pense. Hélas pour ces biens pensants, ces citoyens ont encore  le droit de vote.

 

"Terranova", une boîte à penser socialiste a trouvé une solution possible qui consiste à remplacer les "gros cons" par des "nouveaux français", des immigrés naturalisés à tour de bras, et le communautarisme. Les socialistes et le groupuscule communiste ont fait le choix d'un nouveau prolétariat puisque l'ancien a décidé dans sa quasi majorité de les quitter pour rejoindre le FN. Ils ont décidé de vendre la France à une Europe communautaire et non à la communauté européenne. Ils ont décidé de vendre notre pays, notre histoire, notre culture en échange de bonnes places au chaud dans les couloirs du pouvoir de l'Union Européenne. Loin des décisions des peuples et singulièrement celui de France.

 

Aujourd'hui, qui règne en maître dans toutes les assemblées: communales, départementales, régionales et nationales sans compter le gouvernement et le Président de la république. Ce sont les socialistes. Où en sommes-nous ? Est-ce là aussi la faute du FN ?

 

La droite, caramel mou et chocolat, court après le Front National et a toujours joué un jeu irresponsable. L'histoire politique nous prouve que cette droite n'a jamais réformé les délires de la gauche, modifié les lois iniques de celle-ci. Elle s'est contenté de gérer l'existant et parfois défendre, si ce n'est être complice de l'indéfendable, comme cette idéologie européiste tueuse de la nation française si contraire à la pensée gaulliste. Est-ce là aussi la faute du FN ?

 

Ce refus de prendre ses responsabilités est la constante des partis de la gauche liberticide comme celle de la droite caramel mou. Les français ne font que comprendre que l'une ou l'autre sont incapables d'être à leur écoute et surtout bien plus grave, refusent de prendre en compte les plaintes d'un peuple qui ne veut pas mourir et qui refuse de se faire remplacer à ses frais.

 

Ce qui est à craindre en réalité avec le temps qui passe, c'est que si rien ne change véritablement, cela aboutira à des réactions violentes dans la rue.

 

La montée du Front National est le témoin d'une prise de conscience. Ce parti politique est probablement  une chance et surtout le moyen de concrétiser dans les urnes un changement réel de la vie politique française. Une prise en compte des douleurs patriotiques et sociales. Malheur à celui qui remue le fond d'une nation disait le Marquis de Rivarol. C'est surtout permettre à la France d'avoir un moyen d'échapper à une fatalité historique française: émeutes ou révolutions. Des violences autrement plus mortelles que la prise de pouvoir par les urnes d'un parti qui est républicain quoi qu'en disent la bien pensance.

 

Nous avons à faire à des politiciens qui cherchent à faire peur en comparant le FN à d'autres mais qui devraient revoir leurs livres d'histoires et se pencher sur les racines du fascisme et du nazisme. Ils devraient se souvenir de ces députés socialistes qui ont voté les pleins pouvoirs à Pétain, de la francique de Mitterrand, de l'insulte de "fasciste" du même Mitterrand au général De Gaulle en 1958.  Ils n'ont plus que ce mot à la bouche eux qui s'en sont rendu complice le plus souvent.

 

Gérard Brazon 

Les délires de  Thierry Mandon du PS sur un pseudo parti national-fasciste.

Rédigé par Puteaux Bleu Marine

Repost 0
Commenter cet article