32% des personnes interrogées se disent en accord avec les idées du parti.

Publié le 6 Février 2013

 

Ce n'est pas nous qui le disons mais les sondages! Des sondages qui n'ont pas été commandés par le Front National mais la bien pensance journalistique essentiellement de gauche, à savoir: France Inter-Le Monde-Canal+. Ce qui augure bien de notre présence aux élections municipales de 2014 et autres où la moindre des choses, serait que nous soyons présent. D'ailleurs, si parmi vous chers lecteurs, ce combat pour les idées patriotes intèressent, n'hésitez pas, contactez-nous. Il vous sera répondu.

En matière de sondage, nous savons tous comment cela se passe à Puteaux! Je commande un bel et bon sondage et qu'est-ce que j'obtiens? Un sondage allant dans le bons sens soviétique du terme! Même les Nord Coréens n'auraient pas réussis (osés?) un tel score.

Certes, 97% de satisfaits dans notre ville, c'est énorme! Cela fait sourire les plus gentils envers la municipalité! D'ailleurs, c'est la "majorité municipale" qui persiste et signe dans les pages de Puteaux-Info de Février dans l'affirmation des 97% de satisfaits en tentant de faire de l'humour sur le dos des Socialistes de la ville. Les seuls, il faut le reconnaître, à avoir soulevé l'énormité de ce sondage.  Pour mémoire, il faut savoir que jamais les Conseillers municipaux qui sont la majorité municipale n'ont eu à se prononcer sur la véracité de ce sondage! Il y a même fort à parier, qu'ils ne connaissent même pas les tenants et les aboutissants de cet "objet sondagique non identifié".

Puteaux Bleu Marine

************

Selon un sondage TNS Sofres, 32% des personnes interrogées se disent en accord avec les idées du parti. A titre d'exemple, l'adhésion était de 28% en mai 2002.

Libération.fr

L’adhésion aux idées du FN se stabilise à son plus haut niveau (32%) et son image s’améliore, notamment auprès des sympathisants UMP, mais une nette majorité de Français (67%) n’envisage pas de voter «à l’avenir» pour le parti d’extrême droite et rejette ses solutions, selon le baromètre annuel de TNS-Sofres. (On notera la persistance de l'expression "extrême droite" à laquelle tient ce journal de gauche. Tellement il est important de continuer à diaboliser un parti républicain. Sinon pourquoi ne pas l'avoir interdit. PBM)

Selon ce sondage pour France Info/Le Monde/Canal+, 32% de Français se disent «tout à fait» (6%) ou«assez» (26%) d’accord avec les idées du Front national, un chiffre en hausse d’un point sur un an, tandis que 63% sont en désaccord (26% «plutôt», 37% «tout à fait»).

Dans l’historique des enquêtes similaires de l’institut, une adhésion à 32% n’avait été atteinte qu’en octobre 1991. Elle se situait à 28% en mai 2002 et a connu un bond de 14 points depuis 2010. «Ce qui est frappant, c’est qu’il n’y a pas de décrue post-électorale» comme cela pouvait être le cas après les présidentielles de 1995 ou de 2002, souligne à l’AFP Emmanuel Rivière, directeur du département Opinion chez TNS-Sofres.

L’analyste pointe une conjonction nouvelle entre «un niveau d’adhésion élevé aux idées frontistes, un étiage électoral haut (17,9% à la présidentielle) et un niveau bas de ceux qui considèrent le FN comme un danger».

«Danger pour la démocratie» pour 47% des sondés

Le parti d’extrême droite ne «représente un danger pour la démocratie» qu’aux yeux de 47% de sondés (-6), passant pour la première fois sous la barre des 50%. Chez les sympathisants UMP, le chiffre passe à 39%. De même, 35% des sondés - 40% à l’UMP - jugent désormais que le FN «est un parti qui a la capacité de participer à un gouvernement», en hausse de 10 points sur deux ans.

Si l’image du parti s’améliore, notamment sous l’impulsion de Marine Le Pen, «on n’est pas dans un phénomène de banalisation», note Emmanuel Rivière. Ainsi, une très nette majorité de Français, 81%, n’adhèrent pas aux«solutions» que propose Marine Le Pen, même si 35% d’entre eux adhèrent à ses «constats». Seuls 12% adhèrent «aux constats» et «aux solutions».

63% des sondés n’ont «jamais voté» et «n’envisagent pas de voter FN à l’avenir» et 4%, s’ils disent avoir déjà glissé un bulletin FN dans l’urne, n’ont plus l’intention de le faire. Pour 27%, c’est une hypothèse envisageable. Les niveaux d’adhésion à des opinions rattachables au FN sont stables ou en légère hausse, à l’exception de l’idée selon laquelle «on ne défend pas assez les valeurs traditionnelles en France», qui culmine à 72% (+9).

Si 54% (+3) trouvent qu'«on accorde trop de droits à l’islam et aux musulmans en France» - 71% chez les sympathisants UMP - et si 54% (+3) jugent qu'«il y a trop d’immigrés en France» - 74% chez les sympathisants UMP -, le rétablissement de la peine de mort perd encore un point, à 32%, tout comme l’idée de supprimer l’euro et de revenir au franc, à 29%.

Seuls 24% (+2) trouvent qu'«en matière d’emploi», «on doit donner la priorité à un Français sur un immigré en situation régulière», quand 73% s’y opposent.

«Quand les mots d’ordre sont exclusifs au FN comme la sortie de l’euro ou la peine de mort, on note plutôt un repli», selon Emmanuel Rivière. «Cela montre bien que c’est plutôt ce qui se passe au sein de l’UMP qui compte. Ses leaders aident à ce que les thématiques de l’immigration et de l’islam soient plus présentes, plus débattues et sans doute vécues comme plus problématiques», explique-t-il.

Dans ce contexte, 27% des personnes interrogées souhaitent des alliances locales, «au cas par cas», entre l’UMP et le FN, aux municipales de mars 2014 (37% chez les sympathisants UMP) et 25% sont favorables à un«accord national» entre les deux partis (37% des sympathisants UMP) à ces élections.

Sondage réalisé du 24 au 28 janvier auprès d’un échantillon de 1 012 personnes représentatif de l’ensemble de la population âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas.

(AFP)

32% des personnes interrogées se disent en accord avec les idées du parti.

Rédigé par Puteaux Bleu Marine

Repost 0
Commenter cet article

Robert D 06/02/2013 16:54

Pourquoi Gérard Brazon a t-il quitté l'UMP? C'est un homme d'expérience que j'ai connu à l'époque où il dirigeait une association de défense des locataires, et je me souviens qu'à l'époque, il avait fait du bon boulot. Je crains fort qu'il se soit perdu en devenant Conseiller par la suite.

Gerard Brazon 06/02/2013 17:17

Bonsoir Robert.
J'ai quitté l'UMP pour diverses raisons et je m'en suis expliqué lors d'une interview à Radio Courtoisie dans une émission de Paul Marie Couteaux. Ce parti est étriqué, anti démocratique et ne représente pas l'ensemble de ses militants. De plus en local, sur Puteaux, les instances sont dans les mains du Maire de la ville qui manifestement ne tolère pas qu'une tête dépasse. Il faut croire que ma tête ne revenait plus et que sans doute je devais en gêner plus d'un. Bref, c'est ce qui fait que la démocratie étouffe à Puteaux plus qu'ailleurs.
Je suis un homme de liberté et de parole. Je refuse que l'on cherche à me faire taire. Je suis un homme qui aime donner la parole au peuple aussi et même si j'ai un vieux fond de Bonapartisme, je suis profondément démocrate et finalement, j'ai cessé de supporter ce déni de démocratie. La goutte d'eau qui fît débordée le vase, fût le traité de Lisbonne qui faisait injure au refus par les Français de la Constitution européenne. Je ne voulais plus faire parti d'un mouvement qui se moque du peuple. Je suis un militant qui a encore une réflexion et qui cherche à comprendre.
Les militants de l'UMP devraient prendre conscience que l'on se moque d'eux. Y compris à Puteaux! Certains attendent des sourires et des caresses positives et cela les satisfaits pour un temps. Puis revient la sensation d'être inutile et leur parole ne vaut pas grand chose. Un cadeau, un verre de champagne plus loin ils se réduisent peu à peu. Ils croient que leur fidélité c'est l'honneur alors même que c'est une arme pointée sur eux et qui les réduit au silence. La seule fidélité qu'ils devraient avoir, c'est celle qu'ils doivent à leurs pays. Mais l'UMP a brader la souveraineté de leur pays; cqfd.
J'ai trouvé au Front National plus de liberté qu'il y en a à l'UMP qui reste avant tout un parti de copains et d'ennemis intimes. La France dans tout cela? J'ai acquis la certitude que c'était secondaire.
Alors rejoignez-nous à Puteaux Bleu Marine! (sourire) En espérant avoir répondu à votre questionnement;
Gérard Brazon