Réflexions diverses en ce 8 mai 1945. Une grande tristesse également. Par Gérard Brazon

Publié le 8 Mai 2015

 Ce 8 mai 2015, à la fête de la victoire, nous avons assister bien plus à un spectacle de show-biz qu'à une commémoration.
 
  
Face à la statue du général De Gaulle, ce fût l'expression d'un plateau de variétés. Nous avons eu même droit aux applaudissements. Heureusement, quelques "spectateurs" ont tout de même grondés dans l'assistance...
 
Une chanteuse vint nous donner une version de "Ma Liberté" de Reggiani.
Que venez faire cette chanson sur la liberté d'un homme qu'il abandonna pour une femme?
Yvonne De Gaulle, la femme du général a dû apprécier là où elle est. Quant au général, il a dû râler sur ces "j'en foutres" qui confondent tout et relativisent son combat pour la liberté de la France par des chansons de variété. 
 
Ma liberté, pourtant je t'ai quittée une nuit de
décembre,
J'ai déserté les chemins écartés que nous
suivions ensemble.
Lorsque sans me méfier les pieds et poings liés
Je me suis laissé faire,
Et je t'ai trahie pour une prison d'amour et sa
belle geôlière.(bis)
 
Vint un groupe de jeunes filles toute de noir vêtues, qui chanta "Le chant des partisans" avec un tempo qui donnait à tous, l'envie de dormir. Maurice Druon a dû se retourner dans sa tombe. Effarant.
 
J'ai pensé à ces hommes de la Résistance justement. Qu'auraient-ils dit devant ce spectacle de variété auquel ils avaient été réduit à en être l'excuse ?
 
 
 
Sur un autre sujet qui sans doute explique la variété précédente.
En ce jour, du 8 mai 2015, nous attendons encore le verdict du Conseil d'état concernant l'invalidation des élections municipales qui eurent lieu le 23 mars 2014.
 
A ce jour, nous ignorons toujours officiellement les dates des éventuels scrutins si le Conseil d'état le décide lundi 11 mai.
 
Pourtant, des dires, des déclarations venant de Madame le Maire, affirment que le 1er tour aura lieu le 14 juin. Étonnant. Une affirmation bien curieuse compte tenu du fait qu'au 8 mai 2015, rien n'a été décidé par ce Conseil d'état.
 
Dans quelle démocratie vivrions-nous si des décisions se prenaient sans même que les décisions judiciaires ne soient prises et donc applicables?
 
Faut-il croire qu'en bousculant le temps judiciaire la municipalité souhaitent contrôler le temps politique par des délais qu'elle imposerait elle-même?  
 
Faut-il croire que l'idéal de cette municipalité serait d'être entre soi, sans participants gênants. 
 
Bien entendu, nous attendons que la Préfecture confirme ou infirme cette information prématurée et nous lui avons demandé ce qu'il en est exactement.
 
Bien entendu, si des élections devaient se refaire, nous comptons sur vous, citoyens de Puteaux, pour nous rejoindre et participer en tant que colistiers et colistières dans le but de faire vivre le patriotisme à Puteaux à travers son meilleur représentant: le Front National.
 
Puteaux Bleu Marine – nous contacter à puteauxbleumarine@gmail.com ou au 06 60 29 98 35

Rédigé par Puteaux Bleu Marine

Repost 0
Commenter cet article