Censure à Puteaux: lettre ouverte à Madame le Maire.

Publié le 6 Février 2015

Madame le Maire, Monsieur le directeur de Cabinet 

 

 

J'émets une vive protestation sur le fait que vous n'avez pas tenu compte de la tribune du Front National sur votre "Puteaux-Infos". 

Non seulement et vous le savez bien, ma tribune n'était pas en retard mais aussi que cette tribune pouvait tout à fait être éditée compte tenu des délais d'impression et surtout du contenu de ce journal qui lui ne semble pas souffrir des "hors délais" lorsqu'il fait part d’événements récents que vous voulez mettre en valeur. Deux poids, deux mesures.

Madame le Maire, Monsieur le directeur, souffrez que je vous dise que nous sommes les victimes d'une censure manifeste parfaitement inutile par ailleurs compte tenu de la place ridicule que déjà, vous accordez à votre opposition. (Une demi page pour quatre tribunes)

La grandeur d'âme semble pour certains, quelque chose d'inatteignable. La grandeur en politique n'est pas de réduire l'espace pour ses propres intérêts mais bien de l'ouvrir pour l'intérêt général. Mais même cela, je ne suis pas sûr aujourd'hui, que nos édiles le comprennent. Beaucoup ont le mot démocratie en permanence dans la bouche et cherchent en réalité à l'étouffer en catimini. Les édiles de Puteaux en sont une preuve flagrante.

Vous avez Madame le Maire fait une belle "charte de la démocratie participative" que vous avez fait voter par votre majorité aux ordres qui ne l'a sans doute même pas lue. Vous venez de la jeter au panier, de la foulée aux pieds, de ridiculiser vos propos et au-delà, de mentir à tous les Putéoliens.

Il ne peut y avoir de démocratie, de participation sans vos opposants, sans la liberté d'expression. Une liberté dont vous vous moquez ouvertement en démontrant le peu de cas que vous en faites dans votre ville.

Il ne suffit pas Madame de s'apitoyer, de protester, de participer ou "comprendre" la grande marche de "Je suis Charlie". La liberté d'expression ne souffre pas de demi-mesure, sinon c'est jouer un rôle, c'est faire semblant, c'est être dans la posture, dans l'imposture. Sachez Madame, Monsieur, qu'être dans l'air du temps, c'est être dans la stratégie de la feuille morte  disait si justement Kundera. On sait ce qu'est une feuille morte, elle sert à l'humus.

 Il faut aussi mettre en adéquation vos protestations en phase avec votre vision de la liberté d'expression. Vous niez  constamment à Puteaux cette liberté élémentaire à commencer par refuser une tribune où utiliser vos services de nettoyage pour retirer les affiches signaler par votre police municipale.(N'a-t-elle donc rien d'autres à faire votre police que d'utiliser les caméras pour pister les diffuseurs, voire, les menacer?). Liberté que de crimes commet-on en ton nom disait madame Roland.

Ce n'est pas faute de le dire souvent lors des Conseils Municipaux qu'il y aurait de l'honneur à accorder une tribune à son opposition comme d'autres Mairie le font, à commencer par des Mairies communistes dont on sait pourtant, qu'elles ne sont pas, par nature, par principe, des parangons de la libre expression démocratique. 

Il est clair qu'à Puteaux, vous qui êtes le Maire de notre ville, vous qui êtes le directeur de cabinet de ce Maire, vous n'aimez pas la liberté d'expression et vous faites pire. Le reste n'étant que des arguties.

Gérard Brazon

Conseiller Municipal

Du sublime au ridicule, il n'y a qu'un pas disait Napoléon 1er. Il est clair que Madame Joëlle Ceccaldi-Raynaud qui est Corse, n'a pas lu les écrits de l'Empereur. Dommage pour elle. Elle serait enrichie d'une grande pensée.

Censure à Puteaux: lettre ouverte à Madame le Maire.
Censure à Puteaux: lettre ouverte à Madame le Maire.

Rédigé par Puteaux Bleu Marine

Repost 0
Commenter cet article