La déclaration que n'a pas pu faire notre élu Gérard Brazon

Publié le 30 Avril 2014

Quatrième Conseil municipal depuis les dernières élections. Halte aux cadences infernales. D'autant plus  que les Conseillers municipaux sont des bénévoles et que ceux de l'opposition ne bénéficient pas des "caresses positives" de la famille régnante et encore moins des "petits extras" de ceux de la « majorité ». Certes il y a des Conseillers qui vont accompagner la famille et voyager au frais des contribuables. Souvent les mêmes. Grand bien leur fasse.

Dans les dossiers que notre élu a étudiés, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a des choses étonnantes. Nous laisserons notre élu en parler dans un compte rendu.

En attendant, voici une déclaration qu’il avait préparée et qu’il n’a pu prononcer.

Puteaux Bleu Marine

*****  

Madame le Maire, chers collègues

Je vais être bref et ne pas vous ennuyer par des considérations qui n’ont pas lieu d’être. Il y a un certain nombre de sujets que j’approuve dans ces différents dossiers présentés dans ce Conseil, comme le projet du Rond-point des Bergères qui a longtemps été dans la rubrique du monstre du Loch Ness. Cela fait plus de 20 ans qu’on en parle et il va enfin, nous dites-vous, voir le jour et sans doute nous laisser un important solde de 70 millions d’euros dans les caisses de la ville. Fort bien ! Il mettra fin aussi à ces friches détestables qui enlaidissent le haut de la ville dans ce quartier. De plus, il sera comme une valeur ajoutée dans notre ville par la qualité des réalisations qui n’auront rien à voir avec les barres d’immeubles chères à l’engeance socialo-communiste et si dévastatrices pour le tissu social et la citoyenneté. Des équipements comme une école, un gymnase, des logements sociaux, des espaces verts et  l’accession à la propriété. Tous ces éléments considérés par la gauche comme des investissements pour les riches et bien entendu contraires à leur idéologie. Nous le savons, ils n’aiment pas les riches et savent comment faire pour créer des pauvres tout en sachant s’enrichir eux-mêmes.

Donc pas de question sur ce sujet.

Je ne suis pas un spécialiste de la comptabilité et encore moins de la M14, de la gestion administrative, donc je vous épargnerai un discours aussi ridicule qu’inutile, celui du béotien voulant jouer les savants. J'aurais vite l'air du poulet qui a trouvé une fourchette. Je n’ai pas comme vous, Madame le Maire, une armée administrative pour faire illusion.

Je vais donc me placer dans un raisonnement politique et sur des principes simples.

Mon questionnement sera sur la fixation des taux de la fiscalité directe locale pour 2014. Même si vous me dites que ce n’est pas vous mais l’Etat qui est responsable de ces bases d’imposition, il reste les taux que vous fixez. Cela relève exclusivement de votre responsabilité politique.

Vous savez, Madame le Maire, chers collègues que la politique du Front National en matière de fiscalité est de baisser les taxes et les impôts afin de permettre l’augmentation du pouvoir d’achat. Je vais donc défendre la baisse des dépenses de la commune en général. Celles concernant les subventions entre autres.

Nous pourrions, en faisant plus attention aux dépenses fastueuses et en ayant une pratique de la dépense plus affûtée, réaliser assez d’économies pour prendre en charge l’augmentation de la valeur des bases décidées par l’Etat. En clair, plutôt que de serrer la ceinture des Putéoliens, nous proposons de serrer les boulons de la dépense.

Nous pouvons tout à fait le faire et ainsi baisser réellement les impôts de manière factuelle. Prendre en charge l’augmentation de cette valeur des bases décidées par l’Etat et non affirmer que vous n’augmentez pas les impôts du fait que vous n’augmentez pas les taux. La différence se verrait immédiatement sur le paiement de ces taxes. Vous m’avez répondu que vous ne voulez pas aider l’Etat. Ce n’est pas l’Etat que vous aideriez en faisant cela, mais bien les contribuables putéoliens.

Mon interrogation sera sur la teneur des subventions, leurs montants et les objets de ces associations qui en font la demande. Elle se fera sur celle du CCAS, qui me semble particulièrement exorbitante. Subvention sur laquelle l’opposition ne peut avoir un droit de regard quant à sa répartition puisque celle-ci n’a guère de représentants.

Idem pour l’OPHLM, où le programme décliné semble satisfaisant même si je regrette l’excès de grilles et le manque de prise en compte des besoins des locataires qui vivent actuellement dans des logements insalubres et à qui l’on a proposé, sans gêne, qu’ils avancent l’argent et fassent les travaux et de les rembourser plus tard…  C’est, vous l’avouerez aisément, très inconvenant pour des personnes aux revenus très faibles.

Si vous n'étiiez pas Présidente de l’OPHLM, j n'aurais pas mis en avant ces faits lors de ce Conseil, j’irais directement en parler à l’OPHLM. Mais puisque vous êtes là...

Sur les cessions/acquisitions, je vous soumets l’idée de garder les logements et les mettre sous un régime social, plutôt que de les vendre. La ville n’a pas besoin de ces quelques milliers d’euros mais certains ont besoin d’un toit. Je ne ferai pas dans le trémolo socialisant, ce n’est pas mon genre, mais je vous demande simplement d’offrir des logements à des associations, par exemple qui protègent des femmes battues, afin de leur donner la possibilité de se retourner. Vous connaissez ma sensibilité sur les sujets de défense des droits des  femmes. Votre réponse fut claire : c’est non car, dites-vous, vous faites déjà beaucoup pour les femmes battues. Dont acte, je regarderai vos dépenses à ce sujet.

J’aborde enfin les choses qui peuvent vous fâcher. Ce sont le coût des voyages des différents élus pour Malaga, Modling, Braga et Londres. Je note que l’on retrouve toujours  les mêmes participants, à commencer par vous Madame et votre fils Vincent Franchi, et que ces voyages ne sont pas bon marché.

A ma question sur ce coût de 7 000 € pour aller à Braga, faire connaissance avec le nouveau maire de cette ville jumelée, pour 4 personnes, alors même que vous êtes invités, fut là aussi claire : le voyage en avion et les nuitées en hôtel ont un coût. Vous avez donc des hôtes biens radins qui ne trouvent pas les moyens de satisfaire, au minimum, le logis. A moins que le niveau de l’hôtel n'ait pas été à votre goût et que vous souhaitiez voyager en première classe. Bref, 7 000 € c’est très onéreux ,me semble-t-il. Alors, devant cette éventuelle pingrerie des autorités de Braga, pourquoi y aller avec autant de personnes ?

 En ces temps de chômage, de dureté pour beaucoup de Putéoliens,  je trouve ces dépenses pour ces différents voyages étonnantes pour des élus. Ces dépenses représentent 21 SMIC ou 31 minima vieillesse. Nous aurions pu faire un rêve dans l'opposition : vous auriez pu faire un beau geste, Madame et Monsieur votre fils, comme celui de partir à vos frais. Quel bel article sacrificiel dans Puteaux-Info.et quel beau titre cela aurait faits, n’est-ce pas ? C'est loupé. Il faudrait vous tourner vers vos communicants.

Même remarque également pour ces voyages au long cours de collégiens et autres. Sommes-nous obligés de payer des sommes aussi folles comme plus de 4 200 euros par enfant pour aller en Chine cet été ? Certes, ce sera un beau voyage pour ces 40 collégiens, mais tout de même… Est-ce raisonnable ? J’imagine qu’ils seront accompagnés là aussi par des élus...

Merci Madame le Maire

 

La déclaration que n'a pas pu faire notre élu Gérard Brazon

Rédigé par Puteaux Bleu Marine

Repost 0
Commenter cet article

NOYE 30/04/2014 20:03

La nouvelle République c'est "ferme ta gueule et obéis aux oligarques qui sont bien plus intelligents que toi et qui peuvent bien décider de tout pour les autres ... "