Déclaration de Gérard Brazon au Conseil Municipal pour le Débat d'orientation budgétaire.

Publié le 13 Avril 2014

DOB (Débat d’Orientation Budgétaire) le 10 avril 2014

Madame le Maire

Tout d’abord et avant tout, je regrette que le compte rendu sur votre élection et ceux des Maires adjoints soit aussi pauvre en informations. Aucune des interventions, y compris la vôtre, n’a trouvé grâce.

Certaine d’un mandat sans écueil particulier, vous auriez pu, comme cela se fait dans de grandes entreprises, donner un compte rendu digne d’une Mairie où la liberté d’expression serait véritablement reconnue. Mais on dit tellement de choses sur la démocratie et la liberté avant les élections…

Mais abordons le vif du sujet en commençant par une citation : Ce qui me scandalise, ce n'est pas qu'il y ait des riches et des pauvres : c'est le gaspillage, disait Sœur Theresa, que vous avez citée lors du dernier Conseil municipal. Ce serait bien de s’en inspirer réellement.

Dans votre débat d’orientation budgétaire, vous nous avez dressé un tableau quasi effrayant sur un avenir sombre dû aux vilains socialistes qui nous gouvernent depuis quelques mois :

  • augmentations des taxes et des impôts et volonté de nous fondre dans un agglomérat parisien, cette pieuvre géante qu’est la Mégalopole du Grand Paris où toutes les ressources putéoliennes seraient aspirées à terme. Croyez-le, ce transfert me désole également.

Il y a une péréquation entres les communes et je serais mal venu d’approuver ce que je réprouvais autrefois. Car il faut bien le dire, il y a des communes dépensières, des communes qui ne cherchent pas à faire d’économies puisqu’elles sont tout intérêt à rester « pauvres » et à toucher les avantages de la péréquation.

Ce qui se vit dans la vie de tous les jours se vit également dans la vie des communes. Ces villes gérées par les communistes et la gauche en général sont plus attentives à la dépense pour favoriser un électorat qu’à la recette qui nécessite des efforts de gestion. Le clientélisme n’est pas l’apanage des seules Mairies de droite.

C’est bien connu, la gauche, à l’image du Président, n’aime pas les riches sauf ceux qui sont très riches. Elle n’aime pas l’argent sauf pour le dépenser, surtout quand c’est celui des contribuables.

Une fois dite cette vérité, nous ne pouvons pas échapper aux réalités.

Puteaux sera moins riche demain. Mais cette réalité trouve ses racines par la volonté de vos amis de l’UMP et de l’UDI. Ce n’est pas d’aujourd’hui que date cette idée de Métropole et je ne me souviens pas, lorsque vous étiez députée de la Nation, vous avoir entendu sur ce sujet. Nicolas Sarkozy a décidé et vous vous êtes rangée derrière lui. Vous avez approuvé sa décision qui allait appauvrir notre ville. Vous n’en dites pas un mot. Vous êtes comme tous ces maires, prisonniers d’allégeances diverses envers ceux qui vous ont fait Maire.

En clair, vous faite porter la responsabilité sur ceux qui nous dirigent aujourd’hui, mais c’est vous qui êtes aux manettes. C’est vous qui décidez des recettes à travers la fiscalité et faites voter les dépenses par votre majorité.

En fait, l’Etat socialiste poursuit l’œuvre de l’état UMP. Le constater serait un bon début. C’est vrai que les villes qui gèrent bien vont payer. Comme d’habitude, pour celles plus laxistes qui ont pris l’habitude de vivre de la dette et de la péréquation. L’assistanat est érigé en mode de vie pour ces villes cigales et forcent les fourmis gestionnaires à se serrer la ceinture encore plus.

Mais la fourmi Puteaux est encore assez riche, semble-t-il, pour dépenser inconsidérément. Assez riche encore, pour dépenser l’argent communal en achetant à la société industrielle Heidel, pour la fête du Printemps sur l’Île de Puteaux, des Œufs de Pâque fabriqués en Allemagne plutôt que dans nos confiseries putéoliennes, voire françaises. A l’heure d’un chômage de masse en France, il serait peut-être temps de se tourner en priorité vers nos entreprises plutôt que vers celles au-delà nos frontières. Je n’ose pas imaginer le nombre d’heures de travail assurées par l’un ou plusieurs de nos confiseurs de Puteaux en priorité ou de France si cette commande leur était faite. C’est sans doute, à mon sens, la différence notable qu’il y aurait entre une dépense patriotique et une dépense UMP. Quant à l’appel d’offres sur ces achats, je doute que cela dépasse les seuils.

Tout cela pour dire que nous avons encore des marges et des possibilités de faire des économies pour les temps futurs et que nous devons bien entendu tendre à dépenser le mieux possible, voire le moins possible à condition que vous acceptiez de le faire.

Le vouloir vraiment, et non pas alarmer sans cesse sur la baisse des recettes, qui est la conséquence de la politique de vos amis politiques et reprise par vos amis socialistes.

Un mot sur votre programme que je trouve un peu fourre-tout.

Par exemple, soutien aux logements des défavorisés ! C’est une évidence doublement constatée et malheureusement contredite par votre refus total de transparence à travers la représentation d’un membre de l’opposition à la commission des HLM, et en second lieu par votre définition de la priorité ! Nous avons pu voir des logements insalubres à Bernard Palissy, à Cartault et à Marcelin Berthelot alors même que vous vous préoccupiez de changer les marbres des halls aux Rosiers. Alors certes, me direz-vous, c’est l’OPHLM. Mais vous étiez aussi la présidente de cet office.

Que pensez, je vous cite, du développement d’une stratégie économique ambitieuse et innovante, si ce n’est que c’est un bel exercice de style ou de langue de bois ?

Que dire, je vous cite encore, du développement des actions de sécurité et de prévention de la délinquance en renforçant l’approche environnementale, qui ferait sourire Orwell, l’inventeur de la novlangue ?

Plus loin, vous nous parlez de la masse salariale fortement impactée. Mais question simple, est-ce que les contractuels, bien trop nombreux dans notre Mairie, sont pour vous d’éventuelles mesures d’ajustement. Ne vaudrait-il pas mieux appliquer des règles simples de gestion des ressources humaines ? Augmenter la productivité des uns et pérenniser l’emploi des autres ? Il y aurait là de substantielles économies à faire plutôt que de se satisfaire d’être en deçà de la moyenne de la strate, comme vous le dites.

Le GVT est un élément incontournable d’une entreprise et les collectivités territoriales ne peuvent y échapper. Ce n’est pas un vieux syndicaliste qui vous dira le contraire.

Cela fait partie d’une gestion normale des Ressources Humaines. Le prendre  uniquement comme étant un facteur de coût n’est pas sérieux mais en effet, le surcoût des mesures réglementaires à venir sera une charge, d’où l’urgence de travailler sur la productivité, la mutualisation des moyens et les Ressources Humaines en n’oubliant pas l’humain.

Je ne peux pas m’empêcher non plus de signaler vos indemnités de Maire et autres et celles des élus, que vous auriez pu volontairement diminuer de 20 %. Cela aurait validé et conforté votre propos.

Votre cellule d’audits n’a trouvé à ce jour qu’un seul million à économiser. Je trouve cela plutôt étonnant et j’avoue avoir quelques doutes, à moins que vous ne l’ayez cantonné à auditer le désert et oublier les oasis qui se trouvent à côté.

Sur le maintien des taux de la fiscalité, il ne vous a pas échappé que je souhaiterais, conformément à la logique de ma campagne électorale, aller vers une baisse de la fiscalité et donc une augmentation du pouvoir d’achat. Une baisse qui sera justement réalisable par des économies drastiques sur des dépenses qui ne sont pas essentielles.

On pourrait par exemple imaginer que vous vous penchiez sur des économies à réaliser en rentabilisant les équipements divers à travers une ouverture à d’autres collectivités telles que des associations et des comités d’entreprises se trouvant sur le territoire de la commune, ou en organisant des colloques, des conférences professionnelles, artistiques et autres salons, afin que leurs apports permettent de soulager les budgets des dépenses et d’entretiens de ces bâtiments disproportionnés par rapport à la taille et aux besoins de la ville.

Je conclurai sur la sécurité et la pose de caméras que j’approuve sans réserve pour peu que celles-ci servent bien à la sécurité des citoyens. Toutefois, eu égard aux récentes élections, j’émets un doute car, sans remettre en cause l’efficacité des policiers municipaux, lors de ces dernières élections, ces caméras ont prouvé qu’elles ne servaient à rien puisque les panneaux de certains candidats, pas tous d’ailleurs, ont été déchirés et taggés systématiquement. Aucune intervention de la Police Municipale, aucune interpellation de ceux qui ont dégradé, alors même que la loi protège ces panneaux officiels. La question est : ou étaient donc les policiers censés regardaient les écrans ?

Bien entendu, je me tiens à votre disposition pour toutes explications supplémentaires.

Merci Madame le Maire

 

Déclaration de Gérard Brazon au Conseil Municipal pour le Débat d'orientation budgétaire.

Rédigé par Puteaux Bleu Marine

Publié dans #Puteaux

Repost 0
Commenter cet article

Duret 29/04/2014 17:49

Bravo Gérard. J'aime bien l'image "désert et oasis".
Le mensonge dans la vie politique, autrefois pratiqué surtout par le PC et l'extrême gauche est devenu courant à l'UMP-PS. Il faut continuer à le dénoncer.