Conseil Municipal: le troisième en moins d'un mois. Le Débat d'Orientation Budgétaire.

Publié le 13 Avril 2014

Témoignage sur le Conseil Municipal du jeudi 10 Avril 2014

Troisième Conseil Municipal. Beaucoup moins de monde dans la minuscule salle qui sert à ceux qui veulent bien suivre les débats. Cette fois il s’agit des Orientations Budgétaires (DOB).

La loi oblige les Maires à débattre des orientations budgétaires avant d’aborder le budget lui-même. C’est ce que Madame le Maire fit. Comme un balayage. En long et en large mais en oubliant les coins et sans regarder sous les tapis. "Tout est merveilleux à Puteaux.  Je suis celle qui dispense un merveilleux bonheur", semble-nous dire en filigrane Madame le Maire. Souvenez-vous, en février 2013, dans le Puteaux-Info, un sondage  affirmait sans rire,que 97 % des Putéoliens nageaient dans le bonheur.

La ville de Puteaux s’est profondément transformée et c’est tant mieux. Pour ceux qui ont connu cette ville il y a 30 ans, ils savent qu’elle en avait bien besoin. D’une ville ouvrière socialo-communiste, nous sommes passés à une ville résidentielle. Une fois dit cela, qui s’en plaindrait sinon ceux qui n’ont plus les moyens d’habiter  à Puteaux.? Car la réalité est qu'il devient quasiment impossible, y compris pour la classe moyenne, de payer un loyer dans le privé ou de devenir propriétaire à Puteaux, Certes, la ville a 30 % de logements sociaux mais la transparence n’est pas le fort de la municipalité. L’élu du Front National, Gérard Brazon, a bien proposé qu’un élu de l’opposition soit présent dans le Conseil d’Administration de l’OPHLM. Mais il n'en est pas question pour Madame le Maire. Chasse gardée, semble-t-il. Pourtant, cela aurait permis de faire taire les mauvaises langues qui parlent d'attributions de logements au bon plaisir de Madame le Maire.

Nous ne sommes pas contre l’idée d’une ville résidentielle contrairement aux socialistes et autres MoDem verdoyants, mais nous sommes attachés à l’idée que c’est d’abord pour les Putéoliens, et non pour une population qui a les moyens d’acheter, d’investir ou de louer, mais aussi et surtout pour les « prioritaires dans les logements HLM » du fait de critères étranges où globalement il vaut mieux être étranger, voire en situation irrégulière, que natif de la ville. Madame le Maire s’en défend en disant que cela vient de la Préfecture. Elle oublie qu’elle a encore le droit de s’y opposer pour peu qu’elle le veuille. Mais le veut-elle ?

Les logements HLM ne sont pas tous des logements de haut niveau. Affirmer comme elle le fait qu’il ne resterait que 16 logements insalubres dans Puteaux, du fait de locataires vieillissants refusant de quitter leur logement le temps des travaux, ce n’est pas sérieux, voire pire.

Puis vint le DOB, une explication de texte de l’Adjoint au Maire Vincent Franchi, fils de Madame le Maire, qui entama son discours sur un mode sympathique mais ne put échapper à sa nature. Le ton devint trop monocorde, peu audible, rendit l’écoute difficile. Un autre fils célèbre, Jean Sarkozy, prit des cours de théâtre, sans doute avait-il raison. On pourrait imaginer le Prince Vincent en faire autant.

Puis vint l’opposition appelée à donner son avis. Le seul sans doute possible de l’année. La liberté d’expression n’étant pas le fort de Madame le Maire. D’ailleurs, Monsieur Vazia socialiste en fit les frais…

C’est sa colistière en "socia-lie", (néologisme qualifiant le socialisme), ex-colistière grébertiste  en 2008, en rupture de ban  par la suite, qui essaya de décortiquer les comptes en oubliant que nous n’étions pas sur les comptes mais sur un débat d’orientations, et qu’en conséquence regretter qu’il y ait si peu de chiffres était plutôt incongru. Comme quoi, après six ans de mandat et deux têtes de liste plus loin, celle-ci n’avait pas encore saisi que la vérité n’est pas dans le nombre.

Gérard Brazon, élu du Front National, fit une longue déclaration. Il regretta que les comptes rendus des séances du Conseil Municipal soient très succincts et ne mentionnent aucune intervention des membres de l'opposition. La liberté d’expression de Madame le Maire se fit sentir tout de suite, car elle répondit dans l’instant à Gérard Brazon qu’elle s’étonnait de trouver un deuxième Grébert en séance. Ce qui pour le représentant du FN est tout simplement ridicule.

Gérard Brazon rappela qu’en effet la péréquation est une injustice, si ce n’est une prime à la mauvaise gestion. Une prime qui ne profite qu’aux gestionnaires socialo-communistes, qui n’ont aucun intérêt à mieux gérer du fait de cette manne qui leur profite sans contrepartie.

Il rappela également que la protection des panneaux électoraux lors de la campagne des élections municipales avait été à géométrie variable puisque tous les siens et certains panneaux du Centre Droit furent systématiquement déchirés ou taggés sans que les caméras enregistrent ni même que les policiers municipaux interviennent un temps soit peu pour que cesse cette atteinte à la loi, qui protège en principe ces panneaux. Ceux de Madame le Maire n'ont pas eu à subir de tels outrages. 

Que dire aussi de ce monsieur se réclamant de l’islam et qui, dans la rue Auguste Blanche, devant l’entrée du bureau de vote, a appelé à voter pour l’UMP-UDI ? A la demande d’un délégué de liste du bureau de vote, la Police Municipale répondit que s’il n’y avait pas de blessés, tout allait bien. Tant pis pour la sincérité du scrutin.

De même sur les économies à faire dans la gestion du personnel communal en cessant cette aberration de l’emploi d’un personnel  en surnombre, mais surtout captif et soumis que sont les contractuels. (Lire la déclaration)

Bref, l’élection est terminée mais elle a été un révélateur d’un état d’esprit. Celui qui, à Puteaux, est comme le dit Madame le Maire, l’expression de sa liberté d’expression. Ne pas confondre avec celle de l’opposition.

Vient le tour de la déclaration de Monsieur Grébert, qui ne fut pas renversante hormis qu’il fâcha Madame le Maire quand il mit en doute que le texte lu par son fils Vincent n’était pas de lui.

Chacun put alors remarquer que Madame le Maire n’appréciait pas que l’on fasse un lien entre elle et son fils, alors même qu’elle lui avait confié les plus importantes délégations, remisant au placard la plupart des autres Maires Adjoints. Est-ce qu’elle ne souhaite pas que l’on considère son fils comme un héritier et valider le népotisme à Puteaux ?

L’élu d'Europe Ecologie-les Verts est revenu sur la question des caméras et il a cita trois exemples où justement les caméras ont été manifestement inutiles dans la rue Voltaire. Comme quoi, on peut être Vert et observateur, Vert et comprendre le discours de l’élu du Front National. Mais il est vrai que l’homme est ouvert, bien plus que sa tête de liste. Ce qui confirme qu’il ne suffit pas d’avoir une tête de liste, car même l’épingle en a une.

Puteaux Bleu Marine

 

 

 

Conseil Municipal: le troisième en moins d'un mois. Le Débat d'Orientation Budgétaire.Conseil Municipal: le troisième en moins d'un mois. Le Débat d'Orientation Budgétaire.

Rédigé par Puteaux Bleu Marine

Publié dans #Puteaux

Repost 0
Commenter cet article